Le siège actuel de l’Agence exécutive de l’UE pour les consommateurs, la santé, l’agriculture et l’alimentation (Chafea) (Photo : Frank Goebel).

Ce qui ressemble à une justification donne un aperçu approfondi du fonctionnement et de la pensée de la bureaucratie européenne à Bruxelles.

Depuis des mois, Luxembourg et Bruxelles se disputent la dissolution de l’Agence exécutive pour les consommateurs, la santé, l’agriculture et l’alimentation (Chafea). Jeudi, le ministère des affaires étrangères a donné une réponse détaillée et inattendue à une question parlementaire sur le sujet.

Jusqu’à présent, le ministère des affaires étrangères a été plutôt nébuleux sur le plan diplomatique au sujet de Chafea (selon le Daily Gazette). Ce n’est pas encore décidé, les pourparlers sont en cours, on est en négociation, a-t-on dit depuis la rue du Palais de Justice de la capitale. La situation est différente aujourd’hui, car le retrait de l’agence exécutive est une affaire réglée.

C’est le résultat de la réponse du ministère des affaires étrangères à la question parlementaire du député DP Gusty Graas. Il voulait savoir ce qui était ressorti des négociations. Et s’est interrogé sur le sens et l’économie du retrait de la Chafea.

La réponse du ministère des affaires étrangères illustre l’impuissance partielle du pays vis-à-vis de Bruxelles. Le Luxembourg ne peut pas s’opposer seul à la réorganisation des agences exécutives de l’UE, a précisé le ministre des affaires étrangères Jean Asselborn (LSAP) dans sa réponse publiée jeudi.
La réorganisation des institutions est de la seule responsabilité de la Commission européenne, a-t-il déclaré. Cela est régi par des règlements. La Commission européenne, d’autre part, a apparemment bricolé un organigramme différent pour ses agences exécutives depuis un certain temps. C’est ce qu’indique un projet de Bruxelles, qui, selon le ministère des affaires étrangères, a été envoyé aux États membres dès décembre 2020. Ils doivent la commenter.
Le nouveau plan financier 2021-2027 a ouvert la voie à cette évolution : sous l’impression de la pandémie, les fonds destinés à la santé au sein de l’UE ont été considérablement augmentés, d’une part. D’autre part, la réorganisation des agences exécutives devrait permettre de réaliser des économies dans le budget européen, comme l’écrit le ministère des affaires étrangères.

Sacrifices en faveur d’autres agences de l’UE

Des “raisons économiques” ont été les arguments pour déplacer la Chafea à Bruxelles dès le début. Mais pas pour l’agence de concert avec les autres, mais en termes de coûts salariaux du personnel. C’est ainsi qu’il a été communiqué pendant longtemps. Il n’y a plus que de l’eau sous les ponts maintenant.

La taille limitée et le portefeuille fragmenté de la Chafea sont les principales raisons de sa fermeture à Bruxelles pour transférer ces tâches à d’autres agences exécutives, écrit le ministère des affaires étrangères. La Chafea a employé environ 85 personnes sur le site de Luxembourg jusqu’en 2020.

Cette réponse renforce les soupçons de longue date selon lesquels la Chafea serait sacrifiée au profit d’autres agences exécutives. L’UE n’est autorisée à avoir que cinq agences exécutives. Si l’une d’entre elles est dissoute, une nouvelle peut être ouverte. C’est évidemment le cas. La Commission a l’intention de créer environ 500 postes dans une nouvelle agence exécutive d’ici 2027, écrit le ministère des affaires étrangères.
Asselborn utilise la réponse comme une opportunité pour réfuter une deuxième accusation qui a été formulée à maintes reprises : le Luxembourg n’a pas fait assez pour contrer cela. Après tout, c’est lui qui a accepté pour la dernière fois de renforcer l’agence exécutive en 2015 dans l’accord qui porte son nom et celui de l’ancienne vice-présidente de la Commission européenne, Kristalina Georgieva.

Lors des réunions du Comité des agences exécutives tenues fin décembre 2020 et janvier 2021, il a plaidé pour la préservation de la Chafea. “Conformément à la motion adoptée par la Chambre des députés le 11 juin 2020, le Luxembourg a adopté la position selon laquelle le renforcement de la Chafea au Grand-Duché (…) serait bien plus approprié que le transfert de ses activités vers d’autres agences exécutives basées à Bruxelles”, peut-on lire dans la réponse.

Ce comité doit donner un avis avant que le collège des commissaires ne prenne une décision finale sur l’arrêt ou la poursuite de l’action. Le principal argument avancé par le ministère des affaires étrangères à Bruxelles est que le renforcement de la Chafea (en termes de personnel) optimiserait son fonctionnement.
Des fonds sont disponibles par le biais du budget élargi pour la santé, des synergies au Luxembourg sont de toute façon données. Et si quelque chose fonctionne bien, c’est aussi économique, comme l’exige la Commission européenne. Les consultations écrites entre les membres du Comité des agences exécutives sont terminées depuis le 1er février.

Le Luxembourg a rejeté catégoriquement le projet de réorganisation des différentes agences exécutives. C’est ce que le ministère des affaires étrangères écrit dans sa réponse. Six autres États membres de l’UE ont voté en faveur du projet et 20 États n’ont fait aucun commentaire.
Cela a été perçu à Bruxelles comme une approbation tacite, c’est pourquoi le document “a maintenant été envoyé au Collège pour approbation finale”, poursuit la réponse. Asselborn a également défendu les efforts du gouvernement pour promouvoir la présence des institutions et agences européennes au Grand-Duché. Asselborn fait spécifiquement référence au projet d'”Autorité d’intervention sanitaire d’urgence” (HERA).

Allocation ouvertement abordée

Une lettre correspondante du Premier ministre au Président de la Commission européenne, Ursula von der Leyen (CDU), est en cours d’acheminement, la réponse continue. Pour la première fois, la lettre aborde aussi ouvertement la question de l’indemnité pour les employés de l’UE au Luxembourg en raison du coût élevé de la vie. Cela signifie qu’il y a un problème. Une étude comparative commandée par la Commission européenne a déjà montré en 2019 que le coût de la vie au Luxembourg est 10,5 % plus élevé qu’à Bruxelles. C’est ce qui ressort également de la réponse à la question.

Lors d’une réunion avec le commissaire européen au budget et à l’administration, le politicien autrichien de l’ÖVP Johannes Hahn, le ministre des affaires étrangères Asselborn et le Premier ministre Xavier Bettel ont mis en place cette allocation le 27 octobre 2020, ajoute la réponse.

Le coefficient correcteur ou compensation financière de salaire pour le personnel de l’UE est depuis longtemps la pratique dans d’autres pays de l’UE qui ont le même problème. La Commission est maintenant invitée à réfléchir à des solutions possibles, écrit le ministère des affaires étrangères. Cependant, la réponse laisse ouverte la question de la compensation pour le retrait de la Chafea, qui est maintenant un fait accompli.

Source: Tageblatt